La fédération nationale des boulangers du Sénégal a organisé une assemblée générale constitutive de la Confédération Ouest Africaine de la boulangerie et de la pâtisserie, (COABP). L’objectif de cette dernière est d’œuvrer pour la promotion économique des entreprises de boulangeries et pâtisseries de l’Afrique de l’ouest.
Placée sous le haut patronage du président de la république Macky Sall, la rencontre qui a pour thème: «la souveraineté alimentaire en Afrique de l’ouest face à la crise Ukrainienne, quelles sont les alternatives pour la filière boulangère? a des attentes. Il s’agit d’œuvrer pour la promotion économique et sociale des entreprises de boulangeries et pâtisseries de l’espace CEDEAO; De faciliter les relations et de créer les liens de confraternité entre les adhérents; de participer activement à l’élaboration et à la mise en application d’une politique économique et sociale susceptible d’assurer progrès; prospérité de tous les membres et à l’ensemble des pays ouest africains et ce, dans le cadre de la politique générale de développement; de défendre les intérêts des membres en matière sociale, économique, financière et fiscale; D’assurer la représentation de ses membres auprès des pouvoirs publics de chaque pays et de développer la coopération avec les organisations professionnelles de la boulangerie et pâtisserie internationales et les partenaires techniques et financiers; De proposer des textes pour une harmonisation législative et fiscale, d’assurer la défense et la sauvegarde des intérêts de ses membres dans la limite et par tous les moyens légaux; de créer et de gérer les cas échéants, les services et les organismes d’intérêt commun.
Selon le président de la fédération nationale des boulangers du Sénégal, Amadou Gaye, la Côte d’ivoire et le Sénégal travaillent ensemble depuis 2019 pour réunir les pays d’Afrique dans le but d’harmoniser. Et c’est important face à la crise ukrainienne de trouver des solutions alternatives pour donner aux gouvernements une nouvelle politique. Et de poursuivre, avec la flambée des prix, aucun Etat ne pourra tenir car le pain dans certains pays est la deuxième force de dépenses des ménages comme les céréales, argue-t-il. Cependant, les boulangers proposent une politique agricole car travaillant pour une chaîne de valeur. «Nous cherchons à gérer la disponibilité des céréales, les industries de transformation et la formation des boulangers pour proposer aux consommateurs un pain nutritionnel», souligne-t-il.
ASTOU MALL

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici