Épinglés avec 561 capsules de protoxyde d’azote, Amadou D. et Saliou Khar N. encourent deux ans d’emprisonnement ferme. Pour leur défense, les prévenus ont confié au juge des flagrants délits de Dakar que le stupéfiant était destiné à préparer des gâteaux pour le magal de Touba qui a été célébré le 15 septembre passé.
Né en 1998, Amadou D. a été interpellé au rond-point Jet d’Eau par des policiers alors qu’il était à bord d’un taxi en provenance de Ngor dans la nuit du 8 septembre 2022, vers 4heures. Dès que les limiers ont présenté leurs cartes professionnelles au taximan, le footballeur est sorti du véhicule. Vu son comportement suspect, les limiers ont fouillé la voiture, avant d’y saisir une boîte contenant 31 capsules de protoxyde d’azote ainsi que des ballons servant à l’usage du produit illicite. Après avoir reconnu la paternité de la drogue, Amadou a été acheminé au commissariat. Cuisiné, il indique qu’il avait l’habitude de se procurer le stupéfiant auprès d’un de ses amis du nom de Saliou Khar N., domicilié aux Parcelles Assainies unité 9. Pour cette fois-ci, ils se sont rencontrés près de la gendarmerie de Ngor et le dealer lui a vendu les 31 capsules à 25.000 francs. Cependant, Amadou a précisé qu’il est un simple consommateur. « J’utilise aussi le snus qui est un produit servant à faciliter la récupération », a-t-il affirmé. D’ailleurs, les flics ont découvert deux boîtes de couleur noire contenant du snus dans la chambre du trafiquant présumé à Ouagou Niayes. C’est ainsi que les policiers ont ordonné à Amadou D. de passer encore une commande auprès de Saliou Khar qui a été appréhendé avec 11 boîtes de 50 capsules quand il est allé à la rencontre de son client dans la nuit du 9 septembre. Entendu, Saliou Khar informe que les trois boîtes coûtent 90.000 francs. Un montant qu’Amadou D. lui avait déjà envoyé via wave. S’agissant de son fournisseur, il souligne qu’il vit en Italie. Mohamed D. qui est tombé comme un cheveu dans la soupe, a été lui aussi cueilli dans le cadre de l’enquête. Car, il était avec son copain Saliou Khar au moment de son interpellation.
Placés en détention provisoire le 12 septembre, les trois prévenus ont été jugés hier, par le tribunal des flagrants délits de Dakar, pour offre ou cession de drogue. Pour se dédouaner, Amadou a soutenu qu c’est une pâtissière qui lui a commandé le produit prohibé. « Elle devait s’en servir pour préparer des gâteaux au magal de Touba. Je ne savais même pas que c’était de la drogue », a-t-il juré. Né en 1994 en France et étudiant en informatique dans un institut privé de la place, Saliou Khar N. a embouché la même trompette, déclarant que le produit n’est pas classé dans la catégorie des drogues. Il se vend comme de petits pains sur internet. Mohamed D., 35 ans, a nié toute implication dans les faits.
De l’avis de la représentante du Ministère public, le protoxyde d’azote est un produit médical strictement utilisé en chirurgie. Mais, c’est la nouvelle forme de drogue que se servent les jeunes. Saliou Khar N. et Amadou D. sont non seulement des usagers mais aussi des vendeurs. Pour leur répression, elle a requis deux ans ferme. La parquetière a, en revanche, sollicité la relaxe pour Mohamed D. Conseil de ce dernier, Me Ndiaga Dabo a estimé que les enquêteurs n’ont eu aucun élément sérieux à l’encontre de son client. « On tend un piège à Saliou Khar. Il part pour s’enquérir de sa situation, on l’interpelle et on le met en détention pendant une semaine. Alors qu’il souffre de la maladie du diabète », s’est offusqué la robe noire. À défaut d’une relaxe pour Saliou Khar et Amadou D., Me Michel Ndong et ses deux confrères ont demandé la disqualification des faits en détention de substance médicale illicite. Après avoir accordé la liberté provisoire à Mohamed D., le juge a fixé son délibéré au 26 septembre prochain.
KADY FATY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici