Diourbel ma ville, que j’admire, temple de Cheikh À Bamaba où je m’inspire à chaque fois que la vie est fracassée de torrents, de tumultes et que les vautours sanguinaires abusent de notre faible destin d’homme.
Diourbel, loin de la beauté des allées et retour, en proie du manque et du délaissement, entaillée de partout et molestée par ses dirigeants égoïstes et sans vergogne.

Ma grand Mere Amy Seck me disait, tu iras loin si tu refuses que l’on oppresse ton prochain, quand tu te souviens de tes origines ( le village de tes ancêtres ), le destin d’homme reste le même pour tous, ce sont les voies différentes qui nous distinguent.

La sagesse est en toute personne, l’intelligence s’acquiert comme un acquis suivant l’éducation, c’est une valeur au même titre que la dignité et le respect.

La lâcheté d’un complexé du Baol a étonné tout le monde. Lui et moi avons été ensemble pour une cause noble. Hélas, d’avoir constaté que lui et la noblesse ne s’étaient jamais rencontrés sur terre, de ces ancêtres jusqu’à lui.

Enfin, lui même a pris la voie des amis d’aujourd’hui pour espérer remporter la palme d’or.

Bonne route, EULEUK DOU AGNE DOU RERE WAYÉ LOU MATA SORALÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici