Les sanctions contre le régime militaire Malien ont été levées dimanche dernier par les dirigeants du bloc ouest-africain. Ce à l’occasion du sommet de la communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest à Accra au Ghana. L’objectif de ce sommet organisé par la CEDEAO porte sur l’évaluation des efforts déployés pour obtenir des garanties en vue du rétablissement d’un régime civil au Mali, en Guinée et au Burkina Faso.

Selon Jean-Claude Kassi Brou, président de la commission de la Cedeao, les sanctions prises en termes de rappel des ambassadeurs des pays membres de la CEDEAO ont été également levées ce qui fait que les ambassadeurs pourront rentrer à Bamako, au Mali.
« Enfin, les autorités du Burkina Faso ont fait une nouvelle proposition qui est maintenant de faire durer la transition au Burkina pendant 24 mois, à partir du 1er juillet. Voilà donc les progrès qui ont été réalisés. Et, comme je l’ai dit, avec la liberté du président Kabore, les chefs d’État ont pris la décision suivante: la première, c’est de lever les sanctions économiques et financières qui étaient imposées », a-t-il dit.

Il précise que l’organisation ouest africaine continuera à surveiller la situation et maintenir la suspension du Mali par la CEDEAO pour le moment. Le Burkina Faso – autre pays du Sahel pris dans la tourmente djihadiste – et la Guinée n’ont jusqu’à présent été que suspendus des instances du bloc des 15.

Pour rappel, suite aux coups d’État qu’à subit le Mali en août 2020 et en mai 2021, suivi de la Guinée en septembre 2021 et du Burkina Faso en janvier dernier, la Cedeao avait imposé des sanctions pour empêcher une contagion.

ASTOU MALL

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici